Contenu

Plan de sobriété énergétique et conditions de travail

publié le 10 octobre 2022

Plan de sobriété énergétique et conditions de travail : la FSU écrit aux ministres C. Béchu et A. Pannier-Runacher

Au delà de ses doutes quant à l’atteinte de résultats probants, la FSU relève que plusieurs points du plan de sobriété énergétique touchent au quotidien des agents du pôle ministériel :

  • diminuer le chauffage de 19 °C à 18 °C et travailler en horaires décalés les jours de forte tension sur le système électrique nécessite de garantir aux agents de bonnes conditions de travail. La FSU demande aux ministres de veiller à ce que l’ensemble des services et établissements publics mettent ce sujet à l’ordre du jour de leurs instances de proximité : équipement des agent-es en vêtements chauds, horaires décalés, … Par ailleurs, il serait paradoxal que cette mesure du plan de sobriété énergétique conduise à des équipements faisant appel à la pétrochimie pour leur fabrication, importés de l’autre bout du monde ! …
  • cumul du forfait mobilités durables avec la prise en charge par l’employeur des abonnements de transport en commun et l’augmentation du plafond annuel d’indemnisation non chargé et non imposable à hauteur de 800 € : le plan est muet concernant le secteur public ! La FSU rappelle sa demande que cette possibilité soit ouverte à tous les agents publics.
  • inciter au télétravail pour réduire la consommation de carburant notamment : la FSU demande aux ministres de rappeler cette consigne aux responsables dans leurs services et dans les établissements publics, tant les frilosités constatées lors de négociations pour décliner l’accord national sur le télétravail restent fortes !
  • fermeture des bâtiments de St Germain, Roquelaure, Grande Arche et Sequoia du 29 octobre au 1er novembre inclus pour mesurer précisément les économies réelles de chauffage en ayant recours au télétravail. Pour la FSU, cette annonce n’est pas compatible avec l’accord ministériel sur le télétravail. Si le principe de l’expérimentation peut paraitre utile pour tester la réalité des gains énergétiques, la FSU suggère aux ministres de s’en donner les moyens en couvrant cette expérimentation par des jours de congé exceptionnel, mesure qui ne pénaliserait aucun des personnels travaillant sur ces sites, quelle que soit la nature de leurs missions, télétravaillables ou pas, quel que soit le solde de leurs congés, RTT et sans toucher arbitrairement aux CET existants.

Voir le courrier de la FSU aux ministres