Contenu

Synergie n°42 - juillet 2014

publié le 26 juillet 2014 (modifié le 22 novembre 2016)
Synergie n°42
Télécharger le Synergie n°42


SOMMAIRE



Le mot du secrétaire général

Résolution du congrès

Motions d’actualité

Votes du Congrès

Les Conseillers Nationaux

Le Livre du SNE





Le 15ème congrès du SNE-FSU : édito de juillet 2014

Dans le contexte actuel que traverse la Fonction Publique, territoriale et d’État pour ce qui concerne une administration dite non-prioritaire et en charge des politiques de l’environnement, l’enjeu majeur de ce Congrès résidait dans l’amorce du renouvellement de l’équipe militante pour poursuivre l’aventure après 2017.

Les politiques environnementales, ce sont bien sûr les politiques de référence des transitions énergétiques (climat, énergie, transports) et écologiques (biodiversité, eau...) sur lesquelles l’État affiche et s’engage beaucoup pour mieux procéder dans le même temps à des réductions drastiques des moyens de fonctionnement. C’est une situation dans laquelle le poids du blocage des salaires et des carrières et la dégradation des conditions de travail face à cette explosion des missions conduit à recenser bientôt un agent sur cinq en détresse psycho-sociale avérée ( ! ).

L’heureuse surprise, c’est que malgré des conditions de préparation limites, le Congrès s’est déroulé de façon satisfaisante dans la forme et sur le fond (des débats denses et des soirées studieuses, dont un débat avec l’association Négawatt ) pour aboutir à l’élection d’un Conseil National renouvelé, diversifié et féminisé et à la mise en place d’un Bureau National complet. Une découverte agréable pour de nombreux participants dès leur arrivée : le package du congressiste avec à l’intérieur le 1er tome de l’histoire du SNE (1973-1986) !

Sur le ressenti et le vécu de congressistes devenu(e)s conseillers nationaux, quelques retours à la fois positifs et négatifs, verbatim :

  • rencontre et partage de différents métiers apportant une vision plus globale de nos sujets professionnels, notamment en groupes de travail qui engagent à être de vrais acteurs du congrès. Besoin de plus d’imagination (techniques innovantes) pour mieux faire vivre ces groupes de travail.
  • sentiment conforté d’appartenir à une communauté qui donne envie de poursuivre l’engagement.
  • mais congrès trop dense ne laissant pas suffisamment le temps du festif en soirée et des limites à notre démocratie amenant l’éviction de collègues lors de l’élection au Conseil.
  • un congrès vivant se donnant à fond pour aboutir à une résolution générale de qualité.
  • une envie de contribuer au développement de ce superbe "outil syndical" qu’est le SNE.
  • les absents ont vraiment eu tort !
  • et ensuite ? Comment bâtir une synthèse attractive et communicante pour faire partager la richesse de ce congrès à nos adhérents et plus largement nos objectifs aux personnels ?


Dès après ce congrès, le SNE-FSU a réuni dès juin un Bureau National, puis un Conseil National pour investir les conséquences de l’avalanche des nouvelles réformes annoncées par l’État.


Jean-Luc CIULKIEWICZ