Contenu

REMANIEMENT MINISTERIEL : Disparition du « grand » ministère du développement durable !

publié le 15 novembre 2010 (modifié le 28 décembre 2015)

Le Syndicat National de l’environnement-FSU découvre avec stupéfaction et amertume le périmètre du nouveau ministère en charge de l’environnement attribué à Nathalie Kosciusko-Morizet. Avec la perte de l’énergie, de l’aménagement du territoire et, apparemment, de la mer et de l’urbanisme, l’ambition de la création d’un ministère de l’environnement et du développement durable ne se contentant pas d’édicter des recommandations mais les mettant directement en œuvre a fait long feu.

 

Très loin des promesses de la campagne présidentielle, et même du Grenelle de l’Environnement, ce dépeçage marque la victoire des lobbys productivistes.

Alors que l’on ne cesse de communiquer sur les risques climatiques et l’inquiétante baisse de la biodiversité, le Président de la République choisit de remettre à plus tard le véritable tournant vers un développement durable.

 

Après trois années et demie, les personnels du ministère et de ses établissements publics ne peuvent que faire le constat désabusé du bilan des réorganisations ministérielles : Celles-ci ne se traduisent plus aujourd’hui qu’uniquement par des effets d’annonce sans lendemain, la désorganisation et le démantèlement organisés des services des anciens ministères de l’Équipement et de l’Environnement ainsi que l’abandon des missions et de la capacité d’expertise de ces mêmes services, mettant un terme à une administration en place depuis 150 ans (l’équipement) et à 35 ans de construction d’un véritable ministère de l’environnement.

L’ambition environnementale de la France fait un bond de 40 ans en arrière, date de la création du premier ministère de l’Environnement.