Contenu

Le Parc National des Cévennes en lutte !

publié le 11 juillet 2011 (modifié le 28 décembre 2015)

Malgré la récente inscription au Patrimoine Mondial du Parc National des Cévennes, la diminution et la restructuration du personnel compromettent l’avenir de la Charte que les communes seront appelées à signer !!

- les raisons du mouvement de grève au Parc National des Cévennes
- le communiqué de presse du 6 juillet
- le communiqué de presse du 7 juillet
- la lettre ouverte aux administrateurs du Parc National des Cévennes


Le Parc National des Cévennes en lutte !
Le Parc National des Cévennes compte 89 emplois permanents. Après la suppression de 3 postes d’agent de terrain et d’un poste administratif fin 2010, 3,5 postes vont à nouveau disparaître à échéance de 3 ans d’après un document élaboré par le directeur de l’Etablissement Public.


En parallèle à la rédaction d’une Charte, actuellement en discussion avec les collectivités locales et les socioprofessionnels, la direction et le Président du Parc National tentent, au pas de charge et sans faire cas de la concertation que le personnel réclame, de faire approuver par son Conseil d’Administration une réorganisation des missions et des métiers qui déstabilise l’organisme chargé de gérer cet espace protégé.

Objectif principal : dans un contexte de forte réduction des budgets et des emplois publics redéployer les personnels vers le territoire des
communes adhérant au Parc en affaiblissant fortement les moyens mis jusqu’à présent sur la protection de la Zone Coeur.

Objectif secondaire : remplacer les gardes moniteurs, piliers du contact entre le Parc, la population locale et les visiteurs, par des animateurs d’accueil, des conseillers en aménagement, des conseillers nature et des délégués et animateurs territoriaux…. Bref, une multiplicité de statuts, de missions, de salaires, et dans l’affichage plus de personnels sur le terrain, mais livrés à eux–mêmes et avec quelle culture Parc National ?

Cette réforme c’est aussi l’affaiblissement du Corps des Agents Techniques et techniciens de l’Environnement qui de 34 actuellement ne seront plus que 16 (conseillers nature) si ce projet aboutit.
Surtout une disparition des femmes et hommes de terrain, répartis avec leurs familles dans les vallées, qui ont construit ce Parc National au plus près de la population. En toile de fond : permettre au Ministère de créer les trois nouveaux Parcs Nationaux promis en octobre 2010 lors des rencontres de Florac sans y mettre de moyens supplémentaires, contrairement aux engagements pris l’époque par la Ministre
Chantal Jouanno, en prélevant des postes budgétaires sur les Parcs existants
. Le Parc National des Cévennes est le premier « restructuré », les autres suivront …..

Au final les communautés montagnardes et les collectivités, à qui l’on fait miroiter un avenir radieux dans le cadre de la nouvelle charte des Parcs Nationaux bénéficieront d’un établissement Parc National affaibli et démoralisé, d’une protection de la Zone Coeur au rabais et à terme seront contraintes de prendre en charge elles mêmes les missions de surveillance du Parc progressivement abandonnées par l’Etat.
Dans l’esprit de la loi de 2006 qui demande aux Parcs nationaux l’élaboration, en concertation avec le territoire, d’une Charte sur le modèle Parc Naturel Régional, les salariés du Parc national des Cévennes ont entamé une réflexion sur l’évolution nécessaire de leur établissement.

L’intersyndicale CGT-SNE/FSU du Parc National des Cévennes, se faisant l’écho de l’inquiétude et la colère de toutes les catégories de personnel de l’Etablissement Public, appelle donc à une mobilisation prolongée en défense de l’avenir du Parc National et de sa Charte, demande une reprise de la concertation aboutissant à la prise en compte des propositions du personnel, élaborées en assemblée plénière.