Contenu

Tous les communiqués de presse

Lettre ouverte à Jean CASTEX : L’écologie à l’heure de la vérité budgétaire !

publié le 11 septembre 2020

Monsieur le Premier Ministre,

  • Alors que nos compatriotes constatent chaque jour que dérèglement climatique et effondrement de la biodiversité sont plus prégnants que jamais ;
  • Alors que vous avez défendu dans la presse estivale « une écologie de proximité, de quartier et de terrain, rassemblant l’ensemble des acteurs d’un territoire pour bâtir un véritable plan de transition écologique autour d’éléments aussi concrets que la rénovation thermique, les circuits courts, les pistes cyclables, les économies d’énergie, l’artificialisation des terres, les énergies renouvelables » ;
  • Au moment où vous publiez votre plan de relance dans lequel vous érigez la transition écologique au rang d’objectif stratégique ;

Des informations concordantes nous laissent penser que vous allez continuer à faire supporter au ministère de l’écologie une baisse drastique de ses effectifs, sans aucune inflexion sur le schéma d’emploi des années précédentes !

Monsieur le Premier ministre, la FSU de la transition écologique, de la cohésion des territoires et de la mer vous rappelle l’hécatombe vécue depuis près de dix ans et la déconstruction lente et inexorable de ces ministères. Vous ne pouvez pas ignorer que services et établissements publics de ce pôle ministériel ont subi ces dernières années des baisses d’effectifs supérieurs à 20% les fragilisant considérablement.
Nombre d’entre eux ne sont déjà plus en capacité de remplir correctement les missions qui leurs sont confiées.
Or, l’action de ces services est tout à fait indispensable pour mener à bien ces politiques. Elle l’est encore plus aujourd’hui si vous voulez que l’argent public du plan de relance soit utilisé à bon escient, rationnellement et dans un souci d’efficacité maximum. L’exemple désastreux du plan « isolation à 1 Euro » nous montre à quel point la présence régulatrice de l’Etat est indispensable !

Vous avez un moyen de satisfaire à vos objectifs de cohésion territoriale et d’obtenir des résultats tangibles sans gabegie financière : le service public de l’environnement, à même d’inciter, accompagner, conseiller, contrôler l’ensemble des acteurs publics et économiques.

Si ces informations sur la poursuite de la baisse des effectifs venaient à se confirmer , l’ensemble de vos discours depuis votre nomination serait à ranger dans la case « mensonges » destinée à duper les français.
Elles feraient perdre toute crédibilité à l’engagement écologique du Président de la République et de votre gouvernement.

Le remaniement sauvera t-il le ministère de l’Ecologie ?

publié le 16 juillet 2020

COMMUNIQUE du Conseil de Défense du ministère de l’Écologie du 9 juillet 2020
FSU-CGT-FO-CFDT

COMMUNIQUE du Conseil de Défense du ministère de l’Ecologie 9 juillet 2020 (format pdf - 248.4 ko - 16/07/2020)

COMMUNIQUE du Conseil de Défense du Ministère de l’Ecologie du 25 juin 2020

publié le 25 juin 2020

Eté 2019 de l’alerte à l’alarme ...

Eté 2020 : à la croisée des chemins !


Dans un contexte exceptionnel lié à la crise sanitaire de la COVID-19, les services et établissements publics des ministères de la transition écologique et solidaire et de la cohésion des territoires continuent de payer le tribu des décisions budgétaires issues de la Loi de Finances 2020 (-5 % d’effectifs en 1 an, -10 % prévus d’ici 2022), subissant les effets de plans sociaux qui ont de plus en plus de mal à cacher leur violence, de la décomposition de la chaîne de commandement ministériel au bénéfice du ministère de l’Intérieur et de la perspective du transfert ou de l’abandon de missions et de compétences.

Alors que les propositions de la conférence citoyenne sur le climat viennent d’être rendues, alors que les choix budgétaires sont en cours de définition pour la fin du quinquennat, que le gouvernement prépare un plan de relance, le Conseil de Défense du Ministère de l’Ecologie en appelle au Président de la République – président du Conseil de Défense Écologique. [...]

Ci-dessous le communiqué inter syndical.

Expression directe : la transition écologique pour la FSU

publié le 2 juin 2020

Expression directe la FSU et la transition écologique (format mp4 - 8.5 Mo - 02/06/2020)

Le jour d’après, pour le Syndicat National de l’Environnement

publié le 22 avril 2020 (modifié le 2 juin 2020)

Interview de Patrick Saint-Léger, Secrétaire général du SNE-FSU (6min30).

Vidéo flash IMG/flv/itw_psl_cle059f8b.flv

Communiqué de presse : Emmanuel MACRON à Chamonix

publié le 12 février 2020

Emmanuel Macron inaugure l’Office français de la biodiversité à Chamonix

Le Sne-FSU dénonce le décalage entre les discours et la réalité :
- Sur les moyens en baisse dévolus à l’eau et à la biodiversité : OFB, certes mais aussi dans les services de l’État sur le terrain, dans les agences de l’eau et dans les parcs nationaux exsangues ;
- Un affaiblissement continu de la réglementation avec des régressions environnementales qui s’accumulent : débit réservé, cartographie des cours d’eau (pesticides), dérogation aux normes, etc [...]

lire le Communiqué de presse du SNE-FSU

Lettre ouverte à Elisabeth Borne - catastrophe de Rouen

publié le 10 octobre 2019 (modifié le 18 octobre 2019)

Ce que la catastrophe industrielle de Lubrizol nous dit du service public de l’environnement

Madame la Ministre de la transition écologique et solidaire,
Des moyens en baisse
Une illustration tragique des effets négatifs de la préfectoralisation
Un mouvement de simplification des procédures contreproductif
Une instabilité chronique des services
[...]

Lire la lettre ouverte à la ministre de la transition écologique et solidaire

Lire également article analyse des accidents industriels




Point presse sur les annonces budgétaires Conseil de Défense du ministère de l’écologie

publié le 27 septembre 2019

COMMUNIQUE du Conseil de Défense du ministère de l’Écologie

Comité technique ministériel budgétaire 27 septembre 2019

Depuis 5 ans au moins, le ministère en charge des politiques de l’environnement détient la palme d’or des réductions d’effectifs, loin devant tous les autres ministères ! Ces dernières années ont vu la déconstruction du ministère en charge de l’environnement, où se succèdent de manière incessante baisses d’effectifs et réorganisations, les unes appelant les autres et vice-versa. [...]

A l’heure de l’officialisation des annonces budgétaires, le Conseil de défense du ministère de l’écologie vous convie à un point presse devant l’entrée du ministère de la transition écologique et solidaire, 246 Boulevard Saint Germain – 75007 PARIS le Vendredi 27 septembre 2019 à 13 heures.

Communiqué du Conseil de Défense du ministère de l’Ecologie 13 septembre 2019

publié le 23 septembre 2019

Le Conseil de défense du ministère de l’écologie demande solennellement au Président de la République de mettre ses actes en conformité avec ses paroles et d’engager un véritable acte II du quinquennat en matière d’écologie...
A commencer par :

  • La révision à la hausse des moyens nécessaires à la conduite des politiques publiques dans le cadre du triennal budgétaire 2020–2022
  • L’arrêt immédiat des baisses d’effectifs et des créations de postes selon les besoins, inscrites au projet de loi de finances 2020
  • Un moratoire sur les suppressions ou transferts de missions ainsi que sur les restructurations des établissements et services pour rehausser les moyens et les ambitions de l’intervention publique au service de l’urgence écologique
  • Et le retrait des projets de décret relatifs à la protection des sites classés et des espèces animales, végétales et des habitats naturels. [...]

Communiqué de presse : le Gardon est devenu vert !

publié le 23 juillet 2019
  1. En réponse aux diverses annonces environnementales non suivies d’effet d’Emmanuel Macron, Président de la République,
  2. En réponse à la rétrogradation du ministère de l’Écologie en nième place du gouvernement,
  3. En réponse à la non adéquation des moyens au regard de l’enjeu biodiversité
  4. En réponse aux intrigues politiciennes qui ont vu passer 7 ministres de l’écologie en 7 ans,
  5. En réponse aux couleuvres à avaler liées à la création de l’Office Français de la Biodiversité *

Les personnels des établissements et structures travaillant pour le ministère de l’écologie ont décidé de réagir. Depuis plusieurs mois, ils se mobilisent à travers de nombreuses actions : pique-nique à la grande arche de La Défense, blocage de permis de chasser, non transmission de constats de dommages aux troupeaux suites aux attaques des grands prédateurs (loup ou ours), pétition pour la sauvegarde des parcs nationaux, ...

jpg - 107.9 ko
Le Gardon vert de rage !

Aujourd’hui, vous trouvez que cette eau du Gardon vert fluo est inquiétante ?

Rassurez-vous, c’est inoffensif et temporaire (voir la fiche technique du produit). Mais cela aurait pu être une réaction algale due aux pollutions et à la chaleur, ou encore le résultat d’une pollution de peinture, ou, une réaction chimique liée à des eaux d’exhaures de mines, ...

Pas très rassurant hein ? ! Au quotidien, ce sont des femmes et des hommes qui veillent sur ces milieux, contrôlant les impacts anthropiques et la biodiversité, s’assurant que votre eau est potable, que les eaux de baignade sont conformes, que vos eaux usées ne s’évacuent pas dans la mare du village, ou que vous ayez encore de l’eau dans vos rivières. Et là, nous ne parlons que de problèmes aquatiques visibles !

Ces femmes et ces hommes, aujourd’hui, en ont assez d’être les garants d’une politique de l’environnement au rabais. Ils en ont assez de ne recevoir de leur ministère de l’écologie aucun engagement fort, qu’il soit technique, matériel, humain ou financier.

L’enjeu biodiversité doit être au-dessus de toute autre considération politique.

Vous vous sentez concernés par la cause environnementale, alors relayez cette communication via tous les réseaux sociaux. La biodiversité a besoin de tous, d’un ministère fort et les personnels du ministère ont aujourd’hui besoin d’engagements fermes pour y veiller

* L’Office Français de la Biodiversité sera créé le 1er janvier 2020, de la fusion de l’Agence Française pour la Biodiversité et de l’Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage. Cet établissement, affichage de la politique de la biodiversité en France, n’affiche à ce jour, que des baisses d’effectifs et de moyens par rapport à l’existant, alors que dans le même temps les missions vont se multiplier. Le statut de ces personnels est également particulièrement navrant puisque nombre d’entre eux effectuent des missions d’un niveau bien supérieur à celui de leur traitement.

Contacts presse :

Sne-FSU : Daniel Gascard – 06 03 90 39 14

La protection des points d’eau affaiblie par les préfets de département

publié le 12 juillet 2019

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Protection des points d’eau et des cours d’eau :
Une illustration des effets de la toute-puissance des préfets !

L’arrêté du 4 mai 2017 relatif à la définition des zones non traitées à proximité des points d’eau et cours d’eau définis par arrêtés préfectoraux vise la protection des « points d’eau » contre les pollutions diffuses par les pesticides en imposant une zone minimale de cinq mètres exempte de traitement. L’enjeu est double : la santé publique avec la protection des eaux de consommation et la préservation des milieux aquatiques.
La définition des « points d’eau » est à ce titre particulièrement sensible puisqu’elle conditionne l’ampleur du dispositif de protection.

L’application pratique en a été confiée aux préfets des départements.

Une mission d’inspection du CGEDD et du CGAAER vient d’en évaluer la mise en oeuvre : « Dans de nombreux départements, le jeu d’acteurs et les rapports de force locaux ont conduit à une réduction, parfois forte par comparaison au nouveau référentiel national, du réseau hydrographique protégé par des zones non traitées alors que la protection de l’ensemble de ce réseau est nécessaire pour atteindre les objectifs de qualité des eaux superficielles et réduire les coûts de potabilisation. »
Effectivement, des témoignages d’agents en charge de ce sujet nous ont alerté sur la grande hétérogénéité des méthodes mises en œuvre d’un département à l’autre, pouvant conduire à des résultats très disparates.

Sur un sujet technique … mais avant tout politique, il nous faut déplorer le poids prédominant du lobby agricole local, auquel les associations de protection de la nature ont bien du mal à résister, qui a comme d’habitude fait pression sur le préfet et ses services ainsi que sur les opérateurs de l’État.

Conséquence : Dans nombre de départements, une régression avérée de la protection des points et cours d’eau ! (disparition de nombre de petits cours d’eau transformés en « fossés » validée par les cartographies des réseaux hydrographiques conduites par les services de l’État dans les départements)

Nous sommes obligés de faire un lien avec le renforcement du pouvoir des préfets orchestré par le gouvernement :

  • la possibilité attribuée aux préfets de déroger à la réglementation ;
  • la réduction drastique, au profit des préfets, du recours à l’échelon central pour les décisions de travaux en sites classés ou la protection des espèces et des habitats naturels protégés ;
  • la mainmise des préfets sur les opérateurs de l’État et sur l’organisation, les moyens généraux et les ressources humaines des services de l’État ;

L’autorité renforcée des préfets leur permettra plus facilement de remettre en question l’expertise technique et administrative des services et opérateurs de l’État pour répondre aux pressions locales ou privilégier « l’accompagnement » de projets plus ou moins problématiques !

Exemple à l’appui, il est illusoire de croire que dérèglement climatique et effondrement de la biodiversité trouveront des solutions en réduisant ainsi l’action publique. Le Sne-FSU et le Snuitam-FSU condamnent cette concentration des pouvoirs de décisions qui laisse la porte ouverte à toutes les dérives.

Contacts presse :
Sne-FSU : Rémy Arsento - 06 72 08 10 10 ; Jean Luc Girard : 06 23 44 59 79
Snuitam-FSU : Michel Goussal – 05 56 93 38 22

Réunion du Conseil de Défense Ecologique du 9 juillet 2019

publié le 9 juillet 2019

Le Conseil de défense du ministère de l’écologie demande solennellement au Président de la République de veiller à ce que le Conseil de défense écologique prenne des décisions audacieuses en affirmant la priorité absolue des ministères de la transition écologique et solidaire, des transports et de la cohésion des territoires au regard de l’urgence écologique.

A commencer par :

La révision à la hausse des moyens nécessaires à la conduite des politiques publiques dans le cadre du triennal budgétaire 2020 – 2022 ;

L’arrêt immédiat des baisses d’effectifs et des créations de postes selon les besoins, inscrites au projet de loi de finances 2020 ;

Un moratoire sur les suppressions ou transferts de missions ainsi que sur les restructurations des établissements et services pour reposer les fondements de l’intervention publique au service de l’urgence écologique ;

Et le retrait des projets de décret relatifs à la protection des sites classés et des espèces animales, végétales et des habitats naturels.

Make {notre ministère} GREAT AGAIN !

publié le 25 juin 2019 (modifié le 8 juillet 2019)

« Faites un geste pour la planète, défendez nos ministères »

jpg - 32.5 ko
Monsieur De Rugy, Mesdames Borne et Gourault, vous avez un message !


jpg - 705.5 ko
Les effectifs des parcs naturels fondent ....


Acte 1 : le 20 juin 2019, création du Conseil de Défense du ministère de l’écologie
Si la planète se soignait avec des mots, la France serait la championne du monde de la vertu écologique !
- Parce qu’il est illusoire de croire que dérèglement climatique et effondrement de la biodiversité verront des solutions en réduisant l’action publique à commencer par les moyens humains et financiers de nos ministères ;
- Face à l’inaction verbeuse de nos ministres ;
Nous, organisations syndicales représentatives décidons de la création d’un conseil de défense du ministère de l’écologie. Ce conseil rappellera chaque fois que nécessaire la réalité des moyens engagés au regard des ambitions des discours !

CTM du 27 juin : les représentants du personnel déclarent l’instauration du Comité de défense du ministère de l’écologie, et s’en vont !

jpg - 16.8 ko
Vos élus au CTM ont refusé de siéger et ont exigé une audience auprès des ministres, ainsi qu’auprès du président de la République !

Ensemble, nos organisations syndicales majoritaires au sein des MTES/MCTRCT appellent les personnels des ministères de l’écologie et de la cohésion des territoires, dans tous les services, établissements publics ou écoles, à Paris comme dans toute la France, à se mobiliser du 20 au 27 juin pour sortir la misère et le déclin de nos ministères de l’anonymat.

jpg - 269.4 ko
Make notre ministère great again !


Et maintenant ?
Le Conseil de Défense du Ministère de l’Écologie appelle à poursuivre et amplifier les actions dans l’ensemble des services, afin de permettre de peser sur les arbitrages de fin d’année ! Et vous pouvez faire comme les très nombreux collègues d’administration Centrale : adresser via le formulaire ICI un message personnel à nos ministres, nous leur remettrons le moment venu !

https://www.facebook.com/MTESMCTGre...

https://twitter.com/NotreAgain

L’OFB, un plan de licenciement gouvernemental et un braquage

publié le 5 juin 2019

Si la préservation de la biodiversité était réellement importante pour le ministre De Rugy, la création de l’OFB :
• Se ferait à minima en maintenant les effectifs actuels des deux établissements, et ce sur plusieurs années,
• Favoriserait le maintien des missions, développerait les plus ambitieuses en matière de préservation de la biodiversité et des habitats naturels, que ce soit au niveau territorial ou des pôles centraux,
• S’accompagnerait d’une réelle reconnaissance statutaire de l’ensemble des personnels,
• Adapterait ses objectifs à la réalité.

Communiqué de presse : les fondamentaux du ministère de l’écologie gravement menacés !

publié le 17 mai 2019

Protection des sites remarquables

Protection des espèces animales et végétales

Les fondamentaux du ministère de l’écologie gravement menacés !

Alors que l’attention n’a jamais été aussi forte pour le patrimoine culturel, illustrée par les réactions à l’incendie de Notre-Dame-de-Paris, et pour le patrimoine naturel et la biodiversité, avec le récent rapport alarmiste de la plateforme intergouvernementale sur la biodiversité (IPBES), le gouvernement conduit une politique de neutralisation des outils de protection qui ont fait leurs preuves depuis des décennies. En ligne de mire, les procédures relatives à la protection des sites classés et des espèces animales, végétales et des habitats naturels [...]

Lire l’intégralité du communiqué de presse SNE-FSU

Communiqué du SNE-FSU : Grève des jeunes pour le climat

publié le 18 février 2019

COMMUNIQUÉ : Grève des jeunes pour le climat

Le 15 mars, engageons les agents du MTES à leurs côtés !
Le 15 mars, une journée d’action internationale intitulée « grève des jeunes pour le climat » est organisée à destination des jeunes de toutes les écoles, les lycées et les universités, de Suède, du Canada, de France, d’Australie, de Grèce, d’Italie, du Portugal et partout ailleurs dans le monde.
Lors du lancement du deuxième plan national d’adaptation au changement climatique le 19 décembre 2018, François De Rugy, ministre d’État de la transition écologique et solidaire - notre ministre - déclarait : « Il faudra agir encore et toujours, et je fais partie de ceux qui pensent qu’il faut agir plus vite et plus fort dans la lutte contre le changement climatique. »
Le Sne-FSU suppose qu’au vu de ses déclarations, le ministre et les personnels de son ministère vont soutenir et accompagner les jeunes dans cette lutte pour l’atténuation et l’adaptation au changement climatique !

Le 15 mars prochain, tous les adultes sont appelés à marcher aux côtés des jeunes.
Afin d’amplifier l’écho d’un mouvement totalement compatible avec les priorités du ministère et l’engagement commun à tous ses échelons, le Sne-FSU a écrit dès le 13 février au ministre d’État pour lui demander de bien vouloir octroyer exceptionnellement une autorisation spéciale d’absence aux personnels de son ministère qui souhaiteront rejoindre la mobilisation ce jour-là.

Ce vendredi 15 février, lors de la première mobilisation des jeunes pour le climat sous les fenêtres du ministère, Brune Poirson, secrétaire d’Etat, déclamait devant le millier de jeunes manifestants : « Derrière les portes de ce ministère vous n’avez que des alliés, pas des adversaires. »

C’est le moment de le prouver !

CONCILIER CHANGEMENT CLIMATIQUE ET JUSTICE SOCIALE

publié le 29 novembre 2018 (modifié le 5 juin 2019)

Communiqué du SNE-FSU novembre 2018
Les fortes mobilisations des gilets jaunes partout en France étaient prévisibles et sont compréhensibles.

A force de négliger le dialogue social avec les corps intermédiaires, de traiter par le mépris leurs revendications, de stigmatiser l’intérêt collectif en valorisant l’individualisme forcené (le fameux respect de « libertés individuelles »), on aboutit à des explosions incontrôlables de colère.

Trouver des solutions ne peut être possible qu’en réinterrogeant les causes.

La politique du gouvernement a trop favorisé les plus riches (suppression de l’impôt sur la fortune, CICE…), a trop plumé les classes moyennes (CSG, taxes et impôts…) et a trop méprisé les plus modestes (taxes, hausse du coût de vie 2% non compensé…). C’est le rejet exprimé par les 3/4 de la population.

Désigner la contribution climat énergie appelée taxe carbone comme responsable est trop facile car l’ensemble de la fiscalité environnementale (dont la taxe carbone n’est que l’un des éléments) reste pour l’instant marginale dans la fiscalité globale, en contradiction avec la fiscalité mobilisée en soutien aux politiques pouvant générer des profits.

Pour l’exemple, la taxe carbone en tant que telle ne représente que 2 ou 3 centimes ajoutés chaque année au prix des carburants quand l’ensemble des taxes du gouvernement (TICPE et TVA) atteignent près de 1 euro sur un prix final de 1,50 euro. Mais quand bien même la fiscalité environnementale serait justifiée par l’urgence climatique, elle ne pourrait trouver d’acceptation et de soutien qu’accompagnée de mesures de justice sociale.

Egalité professionnelle : communiqué intersyndical

publié le 14 septembre 2018

Communiqué intersyndical concernant l’ouverture d’une négociation d’un projet de protocole sur l’égalité professionnelle femmes-hommes aux MTES et MCT
Suite à la réunion du 10 juillet, conclusive d’un cycle de concertation visant à formaliser un projet d’accord sur l’égalité professionnelle au sein des MTES et MCT, les organisations syndicales se sont exprimées unanimement pour déplorer le peu de prise en compte des propositions avancées pour réduire les inégalités salariales et obtenir des avancées réelles vers l’égalité professionnelle femmes / hommes. [...]

Communiqué égalité professionnelle MTES-MCT (format pdf - 343.6 ko - 14/09/2018)

Démission de Nicolas HULOT : LA SEULE ISSUE POSSIBLE

publié le 28 août 2018

Communiqué de presse du SNE-FSU

La nomination de Nicolas HULOT, personnalité écologiste médiatiquement reconnue, avait fait naitre chez les personnels du service public de l’environnement comme dans une grande part de la population un espoir pour que les politiques mises en œuvre soient à la hauteur des enjeux. En le nommant Ministre d’État, le président de la République connaissait ses exigences écologiques.
Depuis 16 mois, les arbitrages rendus par le premier ministre n’ont laissé que peu de place à une politique environnementale répondant aux enjeux qui nous attendent. Le ministre de la transition écologique et solidaire a perdu la quasi-totalité des arbitrages budgétaires .

Le SNE-FSU, syndicat représentatif au Ministère de la Transition Écologique et Solidaire (MTES) et majoritaire dans la sphère de l’Environnement, n’est donc malheureusement pas surpris par la décision prise ce matin par Nicolas HULOT de quitter le gouvernement.

Avec un budget 2018 pris à la hâte après les élections, et que l’on pouvait penser contraint par les choix du gouvernement précédent, le budget 2019 reflètera les véritables orientations du gouvernement. Force est de constater que les premières annonces sur celui-ci ne font pas de l’écologie une priorité du gouvernement et que celui-ci n’a pas compris les enjeux et la gravité de la situation.

Les grands discours mobilisateurs pour la sauvegarde de notre planète ne suffisent plus. Il n’y aura pas plus d’écologie sans moyen supplémentaire. Nicolas HULOT l’a compris, il n’a visiblement pas su convaincre le reste du gouvernement.

Nous appelons le gouvernement à tirer les conclusions de cette démission en mettant au cœur de son action politique et sa traduction budgétaire, les luttes contre le réchauffement climatique et l’érosion de la biodiversité.
A l’instar des ministères de l’intérieur, de la justice et de l’éducation, les priorités écologiques qui s’imposent à nous doivent se traduire par des moyens humains et financiers renforcés au sein des services et des établissements publics.

Dés à présent, il y a lieu d’arrêter la casse du service public de l’environnement !

Nicolas HULOT était sans aucun doute le mieux placé pour imposer l’écologie au cœur des politiques. Son échec nous interroge et interroge toute la société.

Plan biodiv’ = plan de comm’ = Toujours rien pour faire !

publié le 2 août 2018 (modifié le 3 septembre 2018)

Communiqué de presse du SNE-FSU sur le Plan Biodiversité de Nicolas Hulot

Le ministre d’État vient de dévoiler devant le gouvernement réuni en grande pompe son plan pour la biodiversité.
Si bon nombre d’objectifs vont dans le sens des propositions que le Sne-FSU a pu formuler sur ces sujets, nul ne peut ignorer que les moyens actuels du MTES et de ses établissements publics sont déjà très largement insuffisants pour assurer les missions actuelles. [...]

Lire le Communiqué de presse SNE-FSU : Le plan biodiversité (format pdf - 400.6 ko - 05/07/2018)

Avec les cheminots, pour un service public de qualité !

publié le 23 avril 2018 (modifié le 30 mai 2018)

Motion de solidarité avec LE MOUVEMENT DES CHEMINOTS et leur intersyndicale, pour un SERVICE PUBLIC DE QUALITÉ

Au mois de mars 2018, le Premier ministre a présenté les principales mesures de la réforme qu’il entend mener pour l’avenir de la SNCF, ainsi que la méthode qu’il souhaite employer pour y parvenir.
Le SNE-FSU défend une politique ambitieuse du ferroviaire sur tous les territoires et pour tous les citoyens, pour un transport plus respectueux de l’environnement, outil de la lutte contre le changement climatique, les nuisances et les coûts du tout routier.

Pourtant, depuis plusieurs décennies, nous constatons tous :
- dans les territoires ruraux, la disparition des gares et des trains,
- sur les aires urbaines, le manque d’investissement et la vétusté des matériels qui perturbe quasi quotidiennement les trajets domicile-travail, notamment pour les usagers franciliens.
- l’abandon d’une politique « marchandise » délaissant le fret au profit de la route.

Le Sne-FSU dénonce la communication gouvernementale qui fait porter la responsabilité de la situation de la SNCF sur le statut des cheminots, et laisse croire aux citoyens que ce projet de réforme ne remettrait pas en cause le service public du transport, et l’avenir des « petites lignes », quand une grande part de l’endettement de la SNCF provient de la politique du tout TGV, et des défauts d’investissement de l’Etat. Le Sne-FSU n’oublie pas que des promesses d’investissements et de développement, non respectées, avaient aussi été faites pour le fret SNCF ouvert à la concurrence il y a plus de 10 ans.

Le Sne-FSU dénonce l’ouverture au capital et la privatisation de la SNCF, qui sont les vrais objectifs du gouvernement, et le déni de démocratie qui consiste à menacer du passage par ordonnance, pour étouffer tout débat public sur l’avenir d’un des plus grands services publics français.

Lorsque les cheminots défendent leur statut, comme un modèle qui puisse encore servir à l’embauche des futurs cheminots, ils combattent la résignation dans laquelle le gouvernement voudrait que s’inscrivent l’ensemble des agents publics face à la casse de leurs statuts. Contrairement aux affirmations fallacieuses du gouvernement, les statuts des cheminots, comme ceux de tous les agents publics ont évolué à de nombreuses reprises ces dernières décennies.

Au même titre que les fonctionnaires possèdent un statut qui leur permet de participer à l’égalité d’accès et de traitement de tous les citoyens au service public, le statut du cheminot lui permet de ne pas soumettre la sécurité des voyageurs aux seules injonctions du profit économique.

Pour toutes ces raisons le Sne-FSU tient à témoigner de sa solidarité au mouvement des agents de la SNCF.

Communiqué SNE-FSU : la ZAD, laboratoire de la transition

publié le 13 avril 2018

La ZAD de Notre-Dame-des-Landes a vocation à porter un projet exemplaire de transition écologique et climatique !

Dans notre communiqué du 22 janvier, nous appelions le gouvernement à soutenir un projet exemplaire de transition écologique, rural et agricole, pour la ZAD de Notre-Dame-des-Landes. Le délaissement de la zone pendant des décennies a permis la conservation d’un espace agricole extensif et épargné par les aménagements, favorisant un équilibre entre activités économiques et éléments naturels fonctionnels. La ZAD dans son état actuel est un territoire singulier, révélateur et symbolique. Il montre notamment à quel point la pression humaine conduit, partout ailleurs, à une gestion mortifère de notre environnement. [...]

Communiqué de presse : AFB, mirage ou réalité ?

publié le 1er février 2018

L’Agence française pour la biodiversité, référence pour la protection de la biodiversité : après un an d’hésitation et de dysfonctionnement, mirage ou réalité ?

Un manque criant d’ambition !
La Loi Biodiversité, adoptée en août 2016, a confié tout un champ de missions ambitieuses nouvelles aux quatre établissements fusionnés. Jamais un nouvel établissement public (un des plus importants en effectif du Ministère de l’environnement, après l’Ademe et l’ONCFS) n’avait été installé en lui ajoutant de telles compétences, mais en maintenant ses moyens constants. Et jamais une telle création n’avait suscité aussi peu de soutien de la part du gouvernement ! Mais il est vrai que la politique environnementale actuelle se résume à la transition énergétique et à la croissance bleue ou verte. L’impasse est donc faite sur la préservation de la biodiversité, alors même que la planète rentre dans sa 6ème extinction de masse des espèces. Tant pis pour la biodiversité, celle des Outre-mers en particulier, et ceux qui la défendent ... [...]

Lire le communiqué de presse sur la première année de l’AFB

Lire le dossier de presse complet AFB

Abandon du projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes

publié le 23 janvier 2018

Communiqué de presse du SNE-FSU du 23 janvier 2018

Le Sne-FSU se félicite de la décision du gouvernement d’abandonner le projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes.
Cette décision prise, ce qui est notable, en dehors de tout contexte électoral, marque le retour d’une approche pragmatique et globale de la réalité du sujet aéroportuaire du Grand Ouest. Enfin ! les solutions alternatives sont considérées de la même manière que le projet de transfert.

La conservation et l’amélioration de l’aéroport actuel, en intégrant la réduction de ses nuisances, le recours à la complémentarité avec les autres équipements régionaux, celui de Rennes notamment, le recours aux infrastructures ferroviaires existantes pour accéder aux hubs internationaux, tous ces éléments de la décision montrent que l’État a bien pris acte qu’il paie là sa volonté d’imposer un projet. Le respect de la lettre et de l’esprit des politiques publiques qu’il mène, en particulier pour promouvoir une transition écologique et énergétique, aurait dû nous dispenser de cet échec collectif.

Cette décision serait-elle historique en signalant un changement de paradigme ? Certes non au vu de l’autre versant de l’argumentation du gouvernement et des commentaires dont elle est l’objet. Le « désenclavement » du Grand Ouest, son besoin « de croître », « d’être connectée » au monde pour « son développement » et sa « compétitivité » montrent que la fuite en avant est toujours de mise, avec toutes les contradictions, avec ses conséquences sociales et environnementales.
Par ailleurs, considérant les enjeux juridiques et démocratiques que révèle l’échec du projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, le Sne-FSU rappelle l’importance d’une Fonction publique présente sur le territoire, intègre, compétente et préoccupée du temps long, c’est-à-dire apte à préparer et à mettre en oeuvre les décisions en lien avec la population.
La réduction de l’État, la diminution délibérée de ses missions et de ses moyens, la destruction des collectifs de travail dans les services publics, velléités récurrentes dont le dernier avatar prend le nom « d’Action publique 2022 », confirment le déficit de pensée collective ménagé par les aveuglements de l’idéologie libérale.

Le Sne-FSU appelle de ses vœux la création, sur le site de Notre-Dame-des-Landes, d’une zone d’expérimentation agricole de transition écologique et énergétique, dans ce secteur bocager préservé par le projet à proximité de l’une des grandes agglomérations françaises. Le soutien de l’État apporté à un tel projet montrerait sa cohérence avec les politiques qu’il affiche.

Enfin, le Sne-FSU rend hommage aux citoyens opposants au projet, qui ont fait preuve d’une plus grande préoccupation pour l’intérêt général à long terme que l’État lui-même. Ils ont montré, par l’appropriation collective et individuelle d’enjeux majeurs, par l’innovation sociale et l’action concrète, que les citoyens sont aussi porteurs de valeurs, d’expertises et de propositions. Pour qu’un autre monde soit possible.

Contact presse :
Jean Luc CIULKIEWICZ – 06 85 91 03 50

Les agences de l’eau et leurs personnels sauvés pour 2 ans ?

publié le 1er mars 2017

Communiqué de presse du 28 février 2017

Au moment où se met en place l’AFB, et alors que les agences de l’eau sont attendues par la ministre sur l’impulsion à donner aux politiques de biodiversité à ses côtés, l’État, paradoxalement, prend le risque de déstabiliser ces établissements !
73% des personnels concernés étaient en grève le 6 décembre dernier pour s’opposer à cette remise en cause. Ils demandent :
• une amélioration des conditions de titularisation proposées,
• des améliorations du quasi statut des personnels des agences de l’eau : taux de promotion, primes, mobilité, … et pour cela, un délai dérogatoire de deux ans.
Le Conseil supérieur de la fonction publique d’État examine ce 1er mars le projet de décret liste, qui prévoit ce délai dérogatoire de deux ans pour les agences de l’eau.
L’intersyndicale vous invite à partager son analyse lors d’un point presse sous les fenêtres de la Fonction Publique à 12h ce 1er mars. [...]

Lire l’intégralité du communiqué de presse inter-syndical

Ségolène Royal, ministre de la chasse !

publié le 1er février 2017

Communiqué de presse du SNE-FSU, 1er février 2017

Lors de l’audience que Ségolène Royal a accordée au président de la Fédération nationale des chasseurs (FNC), elle a exprimé de façon franche et directe sa volonté d’assumer pleinement son rôle de ministre de tutelle de la chasse.
Ainsi, concernant la chasse aux oies grises, elle a confirmé vouloir reconduire la même procédure que lors des deux dernières années, en donnant des instructions aux services pour qu’il n’y ait pas de verbalisation du 1er au 12 février inclus, malgré l’illégalité de cette mesure. Rappelons que le Conseil d’État a jugé illégaux tous les arrêtés prolongeant la chasse aux oies grises jusqu’au 10 février, pris par le passé par les ministres successifs [...]


AFB : Bercy ponctionne 90 millions d’euros !

publié le 29 novembre 2016 (modifié le 22 décembre 2016)

Communiqué de presse SNE-FSU du 29 novembre 2016

Cadeau de naissance pour l’Agence Française pour la Biodiversité : Bercy ponctionne 90 millions d’euros !

L’article 3 du projet de loi de finances rectificative en cours d’examen à l’assemblée nationale prévoit la ponction par l’Etat de 90 millions d’euros sur le fond de roulement de l’ONEMA.
Ce faisant, l’Agence française pour la Biodiversité, qui verra le jour le premier janvier prochain par regroupement de l’ONEMA, l’AAMP, l’ATEN, PNF et aussi une partie de la FCBN et du MNHN se voit de facto amputer de cette somme dès sa naissance [...]

Lire la suite du communiqué de presse dans le document ci-dessous.

Loi Biodiversité : on veut tuer l’AFB !

publié le 20 juin 2016 (modifié le 26 juillet 2016)

Une idée aberrante menace l’efficacité du service public. Elle témoigne de la méconnaissance complète des métiers des établissements publics de l’environnement : à la veille de la troisième lecture du projet de loi Biodiversité à l’Assemblée Nationale (les 21 et 23 juin 2016), des lobbies font pression sur les députés pour démanteler la future Agence Française pour la Biodiversité (AFB) en lui retirant ses missions de police judiciaire de l’environnement, au profit de l’Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage (ONCFS). [...]

Lire ci-dessous le communiqué de presse intersyndical du SNE-FSU, de la CGT, de FO et du SNAPE Solidaires.
Lien vers les amendements scélérats

Contactez votre député(e) et faites lui savoir que vous n’acceptez pas ces manœuvres qui mettent à mal les missions de protection de l’environnement !

Non, le loup n’a pas été introduit par les gardes du Parc du Mercantour ....

publié le 20 mai 2016 (modifié le 6 juin 2016)

Loup (pabvision.com)

Communiqué de presse du SNE-FSU

La cour d’appel d’Aix en Provence a rendu son jugement, Christian Estrosi a été reconnu coupable de diffamation envers un corps de fonctionnaires et condamné à 10000€ d’amende au pénal et 2000€ au civil suite à ses propos tenus à l’assemblée générale des chasseurs des Alpes Maritimes le 30 avril 2014. De plus il devra publier sa condamnation dans la presse par deux fois.

En effet, M Estrosi s’était permis de dénoncer publiquement les gardes du Parc national du Mercantour comme les ré-introducteurs du loup en France affirmant avoir des preuves qu’il n’a jamais été en mesure de produire [...]

Communiqué SNE-FSU du 28 avril

publié le 28 avril 2016 (modifié le 1er juin 2016)

La situation sociale de la France est aujourd’hui particulièrement préoccupante.

La loi dite « loi travail » est un projet inacceptable tant dans sa forme initiale que dans sa forme actuelle. Le principal défaut et danger de cette loi reste bien l’inversion de la hiérarchie des normes que ni le gouvernement ni le parlement ne semblent vouloir remettre en cause. Aussi le SNE-FSU appelle l’ensemble des agents de son champ à se mobiliser contre cette loi jusqu’à son retrait, en participant aux mobilisations organisées par l’intersyndicale CGT, FO, FSU, Solidaires, dès le 28 avril et le 1er mai [...]

Lire l’intégralité du Communiqué du SNE-FSU du 28 avril

Communiqué de presse : les agents de l’environnement en grève le 4 février 2016 !

publié le 1er février 2016 (modifié le 26 juillet 2016)

Quel environnement voulez-vous ?
Au quotidien, les personnels techniques et administratifs de l’environnement œuvrent pour la préservation de votre environnement naturel, au sein des établissements publics du Ministère de l’Ecologie, du Développement Durable et de l’Energie : Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage, Office National de l’Eau et des Milieux Aquatiques, Parcs nationaux, Conservatoire du littoral, Agence des Aires Marines Protégées, Atelier Technique des Espaces Naturels...

Ces personnels de l’Environnement, fonctionnaires et contractuels (dont certains en contrats précaires) sont en grève le 4 février 2016.

Ils demandent la reconnaissance de leur valeur professionnelle !

lire le communiqué de presse inter syndical du 1er février

Notre-Dame-des-Landes : mettre fin à un projet dépassé !

publié le 22 janvier 2016 (modifié le 26 juillet 2016)

Communiqué de presse du SNE-FSU du 20 janvier 2016

PROJET D’AÉROPORT DE NOTRE-DAME-DES-LANDES (LOIRE-ATLANTIQUE) Mettons fin à un projet dépassé pour construire un autre rapport au territoire !

Le projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes suscite toujours une très forte opposition de la société civile et son issue reste incertaine. Le SNE-FSU constate qu’en 2016 les enjeux et questionnements concernant ce projet restent toujours sans réponse. [...] Face à l’argumentation des opposants, l’État se discrédite en appliquant incomplètement les principes du droit qu’il édicte et agit en contradiction avec les politiques environnementales qu’il promeut. La relance des procédures d’expulsion en pleine COP 21 en est une illustration caricaturale.[...] Le SNE-FSU appelle à l’arrêt du projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes. Son utilité n’est pas établie et la recherche approfondie d’alternatives, en particulier sur l’aéroport actuel, est seule susceptible de renouer le dialogue, sinon la confiance, pour la recherche de solutions répondant aux enjeux à court et à long terme.

lire l’intégralité du communiqué de presse

Bouquetins du Bargy : communiqué du SNE-FSU

publié le 19 octobre 2015 (modifié le 22 janvier 2016)

Communiqué de presse du SNE-FSU Syndicat National de l’Environnement, en soutien aux agents de l’Environnement qui ont dû effectuer une mission d’abattage de bouquetins, ordonnée dans l’urgence par le Préfet de Haute Savoie, sans préparation, avec des conditions de travail à la limite de la sécurité. Le tout accompagné d’un climat de suspicion de la part des services préfectoraux envers ces agents du Service Public de l’Environnement.

Alors que des solutions étaient enfin dégagées après 8 mois de travail, les agents de l’environnement sont consternés et exaspérés de voir leur engagement voué à une solution non seulement inutile mais destructrice de biodiversité.

A l’heure de la loi Biodiversité et de la création de l’Agence Française de la Biodiversité sensée « mieux protéger la faune, la flore et les espaces naturels grâce à des outils adaptés à chaque situation », cette décision d’abattage de bouquetins à Bargy, en totale contradiction avec les recommandations de l’ANSES est paradoxale.

lire le communiqué de presse du 19 octobre 2015

Communiqué de presse du SNE-FSU : affaire SNE/Estrosi

publié le 30 septembre 2015 (modifié le 22 janvier 2016)

Communiqué de presse du SNE-FSU du 29 septembre 2015 à l’occasion du jugement du tribunal correctionnel de Nice du 28 septembre 2015 concernant la plainte déposée à l’encontre du Député Maire Christian Estrosi au printemps 2014.

Fin avril 2014, Monsieur Christian Estrosi avait déclaré " En 1992, le loup a été réintroduit artificiellement par des fonctionnaires de l’État et par des gardes du parc du Mercantour", propos retranscrits dans le quotidien local Nice Matin.

Le SNE-FSU a considéré que cette déclaration porte préjudice au corps de fonctionnaires des agents techniques et techniciens de l’environnement. Le tribunal correctionnel de Nice a donné raison au syndicat en confirmant que les accusations de Monsieur Christian Estrosi sont outrageantes envers les gardes du parc du Mercantour.

lire l’intégralité du communiqué de presse

  •  (format pdf - 395.7 ko - 30/09/2015)

Agents du service public de l’environnement : espèce menacée !

publié le 23 septembre 2015 (modifié le 22 janvier 2016)

Communiqué de presse inter-syndical du 24 septembre

Les opérations de communication gouvernementale sur la COP 21 et sur la
biodiversité se multiplient. Pourtant, pendant ce temps le service public de
l’Environnement est en train de disparaître.

Les problèmes des personnels des établissements publics qui effectuent les
missions de biodiversité et de protection des milieux sont occultés par leur
Ministre : Office national de l’eau et des milieux aquatiques (Onema), Office
national de chasse et de la faune sauvage (ONCFS), Agence des aires
marines protégées (AAMP), Parcs nationaux, Conservatoire du littoral…

Aujourd’hui, les agents dénoncent les conditions d’exercice de leurs missions
et le manque de reconnaissance de leur travail [...]

lire le communiqué de presse du 24 septembre

Rationalisation (ou étouffement ?) des opérateurs et des agences de l’Etat

publié le 28 mai 2015 (modifié le 22 janvier 2016)

Communiqué de presse du SNE-FSU du 28 mai 2015

Dans sa communication en Conseil des Ministres du 27 mai relative à la
rationalisation et l’amélioration de la gestion des opérateurs et agences,
le gouvernement reprend en grande partie, et sans discernement,
les thèses développées par le Conseil des Prélèvements Obligatoires en juillet 2013 sur la rationalisation des opérateurs et des agences.

Le Syndicat National de l’Environnement SNE-FSU rappelle la situation faite aux
opérateurs en charge de l’écologie en France [...]

Lire l’intégralité du communiqué de presse

A propos du rapport annexe de la Cour des Comptes sur la politique de l’eau ...

publié le 11 février 2015 (modifié le 22 janvier 2016)

COMMUNIQUE DE PRESSE DU SNE-FSU du 11 février 2015

La Cour des Comptes dévoile son rapport général 2015 auquel est annexé un rapport de synthèse sur la politique de l’eau en France et les agences de l’eau.

La Cour relèverait trois problèmes majeurs :
- L’application du principe pollueur – payeur,
- Les conflits d’intérêt,
- L’absence de pilotage global.

Mais la Cour des Comptes est-elle vraiment impartiale lorsqu’elle traite de la politique de l’eau en France ?

Lire l’analyse et les propositions du SNE-FSU

Chasse aux oies grises : l’éternel serpent de mer de la France

publié le 4 février 2015 (modifié le 25 janvier 2016)

Le Syndicat National de l’Environnement FSU dénonce l’ordre donné par la ministre de l’écologie à l’ONCFS de ne verbaliser les chasseurs d’oies qu’à partir du 09 février et ce malgré la fermeture de la chasse de cette espèce fixée au 31 janvier. En fait la Ministre, appuyée par des députés de tous horizons, autorise le braconnage des oies pendant huit jours.

lire l’intégralité du communiqué de presse du SNE-FSU


Pour mémoire également, voir le communiqué du 4 février 2014, ainsi que le courrier à la ministre sur la gouvernance de l’ONCFS de mars 2013

Retenue de SIVENS, cruelle illustration des errements de la décision publique dans le domaine de l’environnement

publié le 14 novembre 2014 (modifié le 25 janvier 2016)

Communiqué de presse du SNE-FSU du 12 novembre 2014

Le Sne-FSU condamne les violences d’où qu’elles viennent. Le Sne-FSU est consterné par la violence aveugle des forces de l’ordre ayant entraîné le décès d’un militant pacifiste et s’associe aux condoléances adressées par la secrétaire générale de la FSU[...]
Le Sne-FSU dénonce les restrictions de moyens, d’effectifs et de compétences des services et établissements publics de l’Etat impliqués dans les processus d’instruction des projets d’aménagement. Il déplore le peu de transparence de ces processus, accrue par les récentes fusions de ministères noyant les unités en charge de l’environnement[...].
Le Sne-FSU conteste la simplification administrative appliquée aux autorisations
environnementales, dont le récent dispositif du « silence de l’administration vaut accord » qui conduit à un examen des projets toujours plus superficiel, quand cet examen est maintenu. Quelle sera la légitimité d’un projet accepté par défaut ? [...]

lire l’intégralité du communiqué du SNE-FSU sur Sivens

Chasse aux oies

publié le 4 février 2014 (modifié le 25 janvier 2016)

Communiqué du SNE-FSU du 24 janvier 2014

Mélange des genres : Président ONCFS ou Président FNC ?

L’ingérence reste ouverte et pour plus de 10 jours ...

La Fédération Nationale des Chasseurs (FNC) a publié le 16 janvier 2014 un communiqué précisant une rencontre avec les conseillers du Ministre de l’Ecologie, sur le dossier brûlant de la fermeture de la chasse des migrateurs en février et en particulier pour les oies et autres canards siffleurs. Parmi la délégation, monsieur Henri SABAROT, à la fois Président de l’Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage (ONCFS) et membre de la FNC [...]

lire l’intégralité du communiqué

 

Fortes réductions d’effectifs au MEDDE-METL

publié le 22 janvier 2014 (modifié le 25 janvier 2016)

COMMUNIQUE DE PRESSE du SNE-FSU
Paris, le 22 janvier 2014

Le Syndicat National de l’Environnement FSU ( SNE-FSU) réuni en Conseil National les 21, 22 et 23 Janvier 2014, prend connaissance avec consternation des réductions d’effectif annoncées aux MEDDE-METL.

Après plusieurs années d’une cure d’austérité sans précédent, ces réductions, qui au regard de leur volume ne pourront être qu’aveugles, vont s’appliquer sur des services déjà exsangues.

En particulier, dans les services et établissements publics en charge de la mise en oeuvre des politiques environnementales, où les missions ne cessent de croitre, ces nouvelles réductions provoqueront l’abandon de fait de missions essentielles pour l’avenir de la Nation,. En outre elles se traduisent par la souffrance des personnels qui perdent ainsi tout sens à leur engagement professionnel au sein du service public.

Ces coupes budgétaires à courte vue se payeront demain très cher, à commencer par les probables condamnations de la France par l’Union Européenne (non respect des directives nitrates, directives cadres, etc...).

Communiqué de presse : départ de Delphine Batho

publié le 3 juillet 2013 (modifié le 25 janvier 2016)

Pour le Syndicat National de l’Environnement FSU, l’éviction de Mme BATHO du
gouvernement n’est que la conséquence de l’abandon par ce gouvernement de toute velléité de mener une politique environnementale courageuse et de réorienter ses politiques vers le développement durable.

jpg - 8.5 ko
Remerciées pour excès de zèle : et de deux !

Les coupes budgétaires annoncées en 2014 pour le ministère de l’écologie et pour ses opérateurs vont une nouvelle fois bouleverser le fonctionnement des services qui devront faire face à des diminutions d’effectifs bien supérieures au départ naturel. Ce sont des pans entiers de missions qui sont remis en cause...

...La crise économique éclipse les crises écologiques et climatiques profondes que nous traversons. Elles n’en sont pourtant pas moins graves aujourd’hui qu’hier !! Mme BATHO, en défendant son budget face à cette réalité, n’a fait que son métier de ministre de l’écologie. Ce pourquoi elle a été remerciée !

 

lire l’intégralité du communiqué de presse

 

Notre-Dame-des-Landes, compatible avec la transition écologique ?

publié le 19 décembre 2012 (modifié le 25 janvier 2016)

Le projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes est incohérent en regard des enjeux affichés et des débats attendus à l’échelon national ou international : utilité douteuse, alternatives mal étudiées, intégration insuffisante de l’enjeu d’une société durable.

 

Alors que nous ne pouvons plus nous tromper sur les grands investissements d’avenir, le SNE-FSU demande un moratoire immédiat sur ce projet d’aéroport, tout comme sur les autres grands projets, afin qu’il fasse l’objet des questionnements nécessaires dans la perspective d’une transition écologique et énergétique.

 

lire le communiqué de presse du SNE-FSU

 

Communiqué du Jeudi 2 août 2012 : le SNE-FSU s’indigne du détournement politique lié à la verbalisation d’une manifestation publique sans autorisation dans le cœur du Parc National du Mercantour

publié le 3 août 2012 (modifié le 25 janvier 2016)

Les propos approximatifs relayés récemment par les médias (Dépêche AFP du 26 juillet 2012 : une messe célébrée dans le parc du Mercantour déclenche une polémique) et les réactions de quelques personnalités politiques ne font qu’accentuer les pressions sur des fonctionnaires d’état qui exécutent avec professionnalisme un métier complexe.

 

lire le communiqué de presse

 

Espace presse

publié le 30 novembre 2018