Contenu

Police territoriale de l’Environnement

publié le 15 décembre 2017

Le droit syndical existe aussi pour les Gardes Champêtres Territoriaux !

Il nous permet de participer à la définition de notre Avenir, d’optimiser nos carrières, en assurant cette police de proximité qui commence à faire cruellement défaut dans notre société.

NOS PRINCIPALES REVENDICATIONS :

  • Expliquer les problématiques spécifiques liées à notre profession : seul sur sa commune ou au sein d’une brigade intercommunale afin de bien se faire connaître par les instances étatiques.
  • Faire reconnaître les Gardes Champêtres territoriaux comme les techniciens des polices spéciales environnementales dans la police territoriale, en plus de ses prérogatives de police municipale générale attribuées par l’article 21-3 du CPP ou de l’article R 130-3 du Code de la route.
  • Engager le dialogue social pour aligner notre cadre statutaire sur celui des Agents de Police Municipale.
  • Depuis quelques années, une fusion avec la police municipale est envisagée par le biais d’une éventuelle filière (des) police(s) territoriale(s). Néanmoins il y a bien, selon les considérations locales, la nécessité de disposer d’agents spécialisés dans une police à vocation environnementale, permettant d’appliquer les nouvelles normes en matière de protection des espaces naturels, de la police de l’eau et de la nature.

Si « la Police Territoriale » devenait réalité, la branche spécialisée en environnement fera partie de nos revendications comme nous l’avons déjà écrit au Ministre de l’Intérieur.