Accueil

A l’occasion du comité technique ministériel, la FSU a choisi de s’adresser aux nouvelles et nouveaux ministres et secrétaires d’État de notre pôle ministériel par l’entremise de son secrétaire général.

Quelle priorité face à l’urgence quand nos ministères s’effondrent dans l’importance protocolaire ?
Quel impact du secrétariat général à la planification écologique placé auprès de la Première ministre sur l’organisation et les services de notre pôle ministériel ?
Quelle ambition pour les politiques portées par le pôle ministériel ?
Quelle ambition pour les services et établissements publics du pôle ministériel et leurs agent-es ?

Le même jour, vendredi 8 juillet après-midi, le nouveau ministre de la transition écologique et de la cohésion des territoires écrivait aux personnels. Et que dit-Christophe BECHU, en substance ? (voir le message de C. Béchu)

1. Il nous ressort l’écologie de solutions, d’innovation et de confiance …
2. Il loue le travail des collectivités locales et territoriales.

Rien ou si peu pour valoriser les services et établissements publics du ministère, nos missions de service public et votre travail en tant qu’agent.es des services publics de l’environnement au sens large de notre pôle ministériel !

Voir l’adresse de la FSU aux nouveaux ministres
Lire le compte rendu du CTM

Les organisations syndicales de la fonction publique ont obtenu que le ministre de la fonction publique annonce enfin une revalorisation du point d’indice. Pour autant, les 3.5 % annoncés sont très en deçà de l’inflation, pour l’instant à 5,2% et annoncée très prochainement à 7%.
Après un quinquennat entier qui s’est acharné à maintenir le point gelé, cette augmentation ne saurait compenser les pertes ni réparer les conséquences lourdes pour les conditions de vie d’un grand nombre de personnels, en particulier les bas salaires et les plus précaires.
La situation inédite d’augmentation rapide du coût de la vie, cumulée à la dégradation résultant de 12 années de quasi-gel du point appelle pourtant une mesure d’une toute autre ampleur, avec une revalorisation d’urgence immédiate de 10% au moins pour préserver les conditions de vie de tou-tes les agent-es publics, et un plan pluriannuel de rattrapage des pertes subies.

Pour la FSU, la situation impose une négociation sur l’ensemble des grilles de rémunération et de carrière intégrant de nécessaires mesures pour permettre en particulier d’atteindre l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes. C’est un enjeu de société, car il en va de l’attractivité des métiers de la fonction publique, et donc de l’existence de services publics répondant aux besoins de la population sur l’ensemble du territoire.

La FSU considère donc ces 3,5% comme une étape largement insuffisante et qui en appelle une autre sans délai, tant cette augmentation est en décalage avec la réalité de l’évolution de coût de la vie. La FSU exige que soit rapidement concerté un mécanisme pérenne d’indexation des salaires sur l’augmentation des prix ainsi que l’ouverture de négociations portant sur les carrières et les rémunérations.

Un accord ministériel pour faciliter et encadrer !

jpg - 29.1 ko
Signature FSU du protocole télétravail

Le 23 septembre dernier, en marge de la présentation de son projet de budget 2022, la ministre Barbara Pompili avait annoncé vouloir faciliter le développement du télétravail.
Suite à la signature le 13 juillet 2021 par l’ensemble des organisations syndicales représentatives de la fonction publique d’un accord relatif à la mise en œuvre du télétravail dans la fonction publique, une négociation s’est ouverte au sein de notre pôle ministériel pour une déclinaison mieux disante, aboutissant à un projet d’accord ministériel.

Bien que cet accord soit perfectible, la FSU a décidé de s’y associer et de le signer.

Lire le flash-FSU sur l’accord télétravail

Lire le décryptage de l’accord télétravail avec les préconisations de la FSU

Un accord ministériel pour dire STOP aux discriminations et aux haines !

La FSU a décidé de s’y engager.

Pour la FSU, c’est le rôle du service public de contribuer aux évolutions d’une société plus inclusive.
Le pôle ministériel n’est pas étanche aux discours de haines circulant dans la société ; il n’est pas vierge de toute dérive discriminatoire. C’est en ce sens que la FSU s’est engagée avec conviction dans la négociation d’un protocole de lutte contre les discriminations et les haines, avec pour mots clés : éviter, alerter, corriger, sanctionner.

Le flash-info FSU sur le protocole adopté

Mardi 26 mai, 20 organisations associatives et syndicales, dont la FSU publient un plan de sortie de crise. Dans un document détaillé de 24 pages, les organisations signataires défendent 34 mesures pour répondre de concert aux enjeux sanitaires, sociaux, économiques et écologiques auxquels font face nos sociétés.

Le plan de sortie de crise est disponible ici

Visuel 34 mesures